Nous avons passé les 4 premières semaines de notre voyage au pays du caviar et de la vodka, l'occasion de faire un petit bilan de ce qu'on a vu, de ce qui nous a surpris et de ce qu'on gardera en tête.
  • La Russie est remplie de statues en tous genres. Il y a bien sûr les statues de Lénine qu'on a vues dans chaque ville. Ca va de la statue modeste (si on peut dire ça comme ça) à la tête de Lénine qui fait 6 mètres de hauteur. A côté de ça, il y a aussi tout un tas de statues dont on n'a jamais su ce qu'elles représentaient. Il y a celles qui sont expliquées en cyrillique alors autant vous dire qu'on a rien compris, et puis il y a celles qui ne sont pas expliquées. En tout cas, c'est assez chouette, ça embellit vraiment la ville.
  • La Russie, c'est le pays de l'aneth et ça, ça a remplit mon coeur et mes papilles gustatives de joie pendant un mois. Ils en mettent partout et je me suis régalé. Justement, niveau gastronomie, outre le fait que les plats soient assez gras, ils ont des bons trucs ici ! Je pense notamment aux pirojkis, ces petits chaussons fourrés au chou ou à la pomme de terre (ou à la viande aussi). C'était très goûtu ! En tant que végétarienne allergique et intolérante au lactose, je n'ai pas eu de problème pour me nourrir ici. J'ai assouvi ma passion pour le chou et les carottes même si la variété de légumes commence sérieusement à me manquer. Je rêve d'épinards, de courgettes, de tomates... Je crois que je vais devoir prendre mon mal en patience, ce n'est pas en Mongolie que je vais y avoir droit non plus. Il est également assez difficile de trouver des fruits mais il y a toujours des pommes alors on s'en sort.
  • En Russie, c'est la lutte pour trouver un coca light ou zéro. Alors qu'en France, tous les bars et restaurants en ont, ici, pas du tout. Ils ont de la chance de ne pas être gros finalement !
  • L'eau n'est pas potable aux robinets, que ce soit à Moscou comme en Sibérie.
  • Les Russes ont un vrai don lorsqu'il s'agit d'innover en matière de mouchoirs. Etant fortement allergique aux bouleaux et la végétation russe se limitant presque exclusivement aux bouleaux (youpi !), je vous laisse imaginer l'état de mes sinus et ma consommation de mouchoirs. Bref, sans faire attention, je me suis retrouvée avec des mouchoirs senteur camomille dans ma poche. J'avais un peu l'impression de me moucher dans une tisane, c'était plutôt marrant. Dernièrement, toujours sans faire attention, j'ai acheté des mouchoirs saveur fraises et alors là, je donne mon approbation totale. C'est trop bien ! C'en deviendrait presque un plaisir de se moucher. 
  • Dans la première partie de notre voyage, nous avons été marqués par l'immensité russe. Tout était grand : les immeubles, les rues, les statues, les escalators, les stations de métro, les tasses de thé de 50 cl, et plein d'autres choses encore. Tout était très propre aussi. A côté, à Paris, nous sommes de vrais souillons. 
    Le contraste a été saisissant une fois que nous sommes arrivés en Sibérie. Le niveau de vie ne semble plus être le même, les paysages changent et les maisons autrefois si grandes et en marbre ont laissé place à des petites bicoques en bois, bien que pas dépourvues de charme pour autant. Les rues ne sont pas toutes goudronnées et il y a donc beaucoup plus de poussière. C'est vraiment fou toutes ces différences. J'ai presque eu l'impression de séjourner dans deux pays différents.
  • Il reste des vestiges de l'époque soviétique, comme certains batiments ou ces cantines où il est possible de manger copieusement pour moins de 3 euros. Bon, il y a aussi le musée du lifestyle soviétique à Kazan où on a bien rigolé ! (cf. photos et vidéos)
  • Il y a énormément de personnes qui sont employées pour faire des petits boulots pas très bien payés visiblement. Il y a les gens qui nettoient les rues, les gens qui surveillent les escalators du métro, les gens qui surveillent les tourniquets du métro, les gens qui te font payer ton ticket dans chaque wagon de tram ou dans chaque bus. Il doit sans doute y en avoir plein d'autres mais je ne devais pas avoir les yeux suffisamment ouverts pour les voir.
  • Beaucoup de Russes travaillent 6 jours sur 7. J'ose à peine imaginer ce qu'ils doivent penser quand on leur dit qu'on a quitté notre boulot pour voyager...
  • Pierre Richard est une vraie star ici, tout comme la chanteuse Zaz à mon grand désespoir. Certaines personnes remettaient ses chansons plusieurs fois pensant nous faire plaisir. Durs moments à passer...
  • Enfin, on a pas compris si les voitures devaient avoir leur volant à gauche ou à droite. On a vu de tout ! Les voitures roulent à droite à priori (je dis à priori parce que sur l'île d'Olkhon, au lac Baïkal, il n'y avait plus aucune règle...) mais le volant répond peut-être à une règle qui nous a échappé. 
  • Le lac Baïkal est un des plus beaux endroit qu'il nous ait été donné de voir. C'était juste sublime, incroyable, magnifique. Si un jour vous avez quelques jours à tuer et que vous ne savez pas où les passer, allez là-bas !
Honnêtement, je n'attendais rien de spécial de la Russie et je dois dire que j'ai été conquise.

Pour finir, quelques petites statistiques sur ces 4 premières semaines :
  • Nous avons dormi dans 7 villes différentes, dont une qui était la capitale du Tatarstan et trois autres qui étaient en Sibérie ;
  • Nous avons passé au moins 156 heures en train (ce qui équivaut à 6 jours et demi !), au moins 22 heures en minibus et au moins une heure sur un bac (même si ça, c'est un peu nul, je le mets quand même) ;
  • J'ai lu 5 bouquins et 2 magazines ; 
  • Nous avons regardé 2 documentaires (je vous conseille d'ailleurs le très bon "Cowspiracy" pour les personnes sensibles à l'environnement) ;
  • J'ai noirci 30 pages de mon carnet de voyage ;
  • et je n'ai pas fumé depuis 24 jours !!!